L’exode vers la province…


Cette carte donne une idée de l’exode vers la province qui a suivi le séisme. À noter que les chiffres présentés ne prennent en compte que les passagers ayant utilisé les bus gratuits du gouvernement. Ceux qui sont rentrés en province à leur propre frais ne sont donc pas inclus. Il y a eu aussi dernièrement des reportages relatant le retour à Port-au-Prince de ceux qui dans un premier temps avaient fui la capitale, celle ci demeurant le centre de l’activité économique, malgré la catstrophe. (Cliquer sur l’image pour agrandir). Via Research for Haiti.

Posted in decentralisation, exode | Leave a comment

Acheter autant que possible des produits d’Haïti/Un sac de riz peut sauver des vies, mais un sac d’engrais est plus utile à moyen terme.

L’aide humanitaire (particulièrement l’aide alimentaire) est une arme à double tranchant. Elle peut sauver des vies tout comme détruire l’activité productive (agriculture surtout, mais pas seulement). Exemple : beaucoup de bouteilles d’eau sont expédiées en Haïti , alors que le pays en produit. La meilleure façon d’aider serait d’acheter de l’eau auprès d’entreprises qui en produisent en Haïti (et oui beaucoup sont en état de fonctionner).
De même, envoyer des sacs de riz peut aider, mais c’est loin d’être une solution durable. Des sacs d’engrais pour aider les agriculteurs à répondre aux besoins locaux est de loin une meilleure solution pour le moyen et le long terme. Ainsi on sauverait des vies tout en aidant l’économie à se reprendre en créant des emplois. L’idée d’acheter les produits locaux est notamment promue par l’ONG Peace Dividend Trust. Vous pouvez explorer l’idée beaucoup plus en détail en cliquant ici.

Posted in agriculture, Aide humanitaire | Leave a comment

Que faire des débris d’immeubles effondrés lors du séisme ?

Les jeter à la mer pour attirer les poissons???

Il ne s’agît pas d’une blague. Jeter des matériaux de construction, des pneus, ou de la feraille à la mer permet de créer un récif artificiel (artificial reef en anglais) et tout comme un récif naturel, le récif artificiel attire poissons, mollusques et autres résidents du monde marin. Qui dit abondance d’animaux marins dit opportunités intéressantes pour la pêche et l’élevage de poissons (aquaculture). Et parler de du développement de la pêche revient à parler d’augmentation de la production alimentaire locale et de création d’emplois. De plus, avec tous les poissons et autres animaux marins qui y élisent domicile, les récifs artificiels attirent tout naturellement des amateurs de plongée sous marine et servent même à créer les genres de vagues dont les amateurs de surf sont friands. Donc, au-delà de la pêche, les récifs artificiels pourraient contribuer au développement du tourisme.

Bien entendu il ne suffira pas de jeter ces débris à la mer n’importe comment. Un récif artificiel nécessite un projet bien ficelé et une sérieuse étude d’impact environnemental, car aussi intéressante que paraît l’idée, certains ont mal tourné. Tel est le cas d’un récif construit en Floride qui a fini par nuire à la flore marine. Toutefois des exemples de récifs artificiels réussis existent comme à l’île de la Réunion où l’on esten train d’en construire, justement, à partir du béton venant d’immeubles démolis.

Loin d’être une panacée, la possibilité de créer des récifs artificiels le long des 1 771 km de côtes d’Haïti mérite d’être étudiée. Et si jamais l’idée est trop coûteuse ou trop risquée sur le plan environnemental, d’autres utilisations des débris du séisme sont à explorer. Le béton provenant des décombres peut par exemple être broyé et mélangé à d’autres matières peut être utilisé dans la construction de routes et d’immeubles, comme le fait remarquer le président de GDG béton dans cette interview avec la radio américaine NPR.

 

Photo: Richard Ling et Wikipedia

Posted in récifs artificiels, reconstruction, séisme | 1 Comment

Bill Clinton comme administrateur en chef ?


Cet article du magazine The Economist ne propose ni plus ni moins que de remplacer l’actuel gouvernement par une administration intérimaire ayant à sa tête Bill Clinton et assisté d’un haïtien comme premier ministre.

Photo: Getty Images

Posted in reconstruction, séisme | 1 Comment

Quelles solutions apporter aux problèmes d’Haïti? Économistes et autres « experts en développement » opinent après le séisme du 12 janvier.

Haïti vient d’hériter d’une catastrophe humanitaire sans précédent. Des millions de nos concitoyens doivent désormais être soignés, nourris et abrités dans l’urgence si nous voulons éviter que les pertes en vies humaines ne s’alourdissent. Mais, au-delà de ces besoins immédiats, que faire ? Quelles réponses concrètes apporter à des maux comme la pauvreté de masse, la faiblesse de l’état ou l’exclusion sociale qui ont été notre marque de fabrique pendant trop longtemps ?

Plusieurs économistes et autres « experts en développement » se sont penchés sur la question et les propositions sur ce qu’il faudrait faire pour résoudre les problèmes de long terme d’Haïti arrivent de toute part. Loin d’être toujours d’accord avec ces propositions (qui se contredisent souvent d’ailleurs), nous pensons cependant qu’ils peuvent aider à susciter les réflexions et les débats qui nous font tant défaut. Dans les prochains posts, Kaytikal entend vous présenter ces différentes idées et vous encourage plus que jamais à y réfléchir, à en discuter et à les commenter.

Posted in 12 janvier 2010, reconstruction, séisme | Leave a comment

Interesting article by Haitian PhD student in earthquake engineering for CNN.

Fouche is an engineering PhD student at the State University of New-York, Buffalo.

The link is here.
Posted in 12 janvier 2010, earthquake, reconstruction | Leave a comment

12 janvye 2010: Nou tonbe e n ap leve.

Photo: Bernard Chérélus

Posted in 12 janvier 2010 | Leave a comment